Les jolies colonies de vacances : quelque part entre Candeloro et Jany Longo (Nos jours heureux – la suite)

Petites_aventures_jany_longo_Candeloro

J’ai survécu aux 5 premiers jours de cette colo. C’est pas le 6ème qui va me faire peur…! Lire la suite

Publicités

J’ai fait médecine. J’ai fait les Hunger Games.

Hunger_Games_Medecine

Je ne sais pas si c’est dû au fait que j’ai un Situs Inversus mais j’ai toujours été fascinée par la Science. Alors forcément, au moment de choisir mes études, je décide de tenter médecine. Enfin… Non. La vérité, c’est que j’étais inscrite en Droit et que la veille de la clôture des inscriptions, j’ai appelé ma mère depuis la colo où je travaillais pour la supplier d’aller m’inscrire car j’avais peur de regretter.
Heee ben… Ça, les mecs… Pour ne pas regretter… Je ne suis pas déçue du voyage.

Lire la suite

Situs Inversus, gynécologie et géométrie

En 31 ans, je pensais avoir à peu près tout entendu au sujet de mon Situs Inversus Complet. (À part peut-être le « Excusez-nous mais on vous a opéré du mauvais côté, on est désolé, on va recommencer. » Mais ça à la limite, si ça n’arrive pas, ça ne me dérange pas plus que ça.) Et bien sachez que je me fourrais le doigt dans l’œil assez profondément pour pouvoir m’en faire un nœud coulant autour de la cheville. J’ai un peu hésité à vous le raconter mais je crois qu’il faut exorciser le truc !

Ce matin, j’ai rendez-vous chez une gynécologue que je n’ai jamais vue de ma vie. J’ai pris rendez-vous chez la première qui avait de la place parce que j’ai une boule dans le sein et que, on ne va pas se mentir, je suis totalement flippée. J’arrive en avance et j’attends en lisant quelques magazines.*

C’est mon tour. La nana a l’air sympa (ce n’est pas ce qu’on lui demande, certes, mais c’est au moins ça !). Du coup je me détends un peu et j’explique pourquoi je suis là. Pas d’inquiétude, ce n’est probablement pas grand chose mais avant de regarder de plus près**, il faut créer un dossier à mon nom.
Ok.

Questions classiques :

  • Nom ?
  • Prénom ?
  • Antécédents médicaux ?
  • Est-ce que vous fumez ?
  • Est-ce que vous vous droguez ? Non mais pour de vrai…
  • Avez-vous laissé votre bagage sans surveillance dans la salle d’attente ?
  • Prévoyez-vous d’assassiner le Président des États-Unis ?

Et là, allez savoir ce qui me prend :

— Ah si, j’oubliais. Même si je pense que pour vous, ça ne change pas grand chose : j’ai un Situs Inversus Complet
— Ah d’accord.
— (Cool ! Elle sait ce que c’est !)
— C’est quoi, exactement ?
— (Ah bah non, en fait***). J’ai tous les organes inversés latéralement. Comme dans un miroir par rapport à vous. Mais vraiment, je ne pense pas que ça change quelque chose pour vous, vu que tout est plus ou moins symétrique, il me semble…
— Oui, oui, bien sûr…

Elle se remet à prendre des notes mais, clairement, quelque chose la chiffonne..

— Mais… Quand vous dites « inversés »… Vous voulez dire…?
— Inversés. Latéralement. Comme dans un miroir. Cœur à droite. Foie à gauche. Appendice de l’autre côté aussi. Vraiment comme si vous vous regardiez dans un miroir.
— Ah d’accord****
— Voilà… mais ne vous embêtez pas avec ça. Oubliez, même ! Vraiment ! (Parce qu’en plus, je sais par expérience que je ne gère pas hyper bien les crises d’angoisse des médecins à ce sujet)

Un temps.
Une moue.
Puis une nouvelle fois :

— Mais….
— Oui ?
— Votre vagin, il n’est pas à l’envers ?
— Mon ? HEIN ?! À l’envers ?  Heuu non, non, il est normal. Mais… Ça peut être à l’envers ??
— Non, non. Enfin, ce que je voulais dire…

Passage en mode « Chuchotons pour échanger des informations classées Secret Défense » :

— Ce que je voulais dire c’est : votre vagin n’est pas inversé avec votre anus ?
— (Yeux de poissons suivis de très près par des larmes de rire)…. Non.
— Ah ! Vous me rassurez !
— (Chouette. Il y a au moins une personne de rassurée dans ce cabinet.)

BIEN. ALORS.

  1. Merci de remettre le Situs Inversus au programme des études de médecine. Ça ne me fait plus rire du tout (Enfin si, beaucoup. Mais à un moment, je vais le payer, c’est obligé).
  2. Je ne sais pas comment cette personne utilise les miroirs chez elle MAIS JE NE VEUX PAS LE SAVOIR !
  3. Si quelqu’un a une image plus claire que « comme dans un miroir » pour faire comprendre l’idée du Situs, je suis plus que preneuse !

 

*Apparemment, Pompidou vient d’être élu.
** Pour de vrai ce n’était pas grand chose. Si ça vous arrive, ça prend 2 minutes de prendre rdv pour vérifier 🙂
*** À l’avenir, ne plus jamais prendre un « ah d’accord » pour une preuve de compréhension.
****ALERTE ROUGE : elle n’a pas compris !

Les médecins devraient regarder des séries TV plus souvent

Un jour, un médecin a décidé qu’il fallait que je passe une échographie du cœur. « Au cas où ! »
Vous lisez un peu le blog. Vous savez donc aussi bien que moi qu’il est surtout surexcité à l’idée d’ajouter une version « inversée » de cet examen à sa collection…. (souvenez-vous : pour les médecins, je suis un peu une licorne)
(Je pense très sérieusement que je suis à l’origine de 70% du trou de la sécu).

Me voilà donc assise face à une cardiologue apparemment expérimentée (comprendre : à 15 jours de la retraite. Et comme tout le monde le sait depuis « L’arme fatale », ça porte un peu la poisse…).

– Expliquez-moi ce qui vous amène.
– (J’aimerais tellement que l’autre médecin soit là pour répondre « Je suis là au cas où… », histoire de voir que NON ce n’est pas une réponse acceptable !) Heu… Je…. Comme j’ai un situs inversus complet je…
– Vous avez quoi, pardon ?
– Un situs inversus. Complet.
– Ah d’accord
– (Cool, elle connait. C’est pas souvent.)
– C’est quoi, exactement ?
– (Raté.) J’ai tous les organes inversés comme dans un miroir. Cœur à droite, etc…
– …
– …
– …
– (c’est long, hein…). Madame…?
– …
– Madame ? Madame ? Ca va ? (Oui oui, je suis allée jusqu’à passer ma main devant son visage, comme dans les films, pour tenter de rétablir le contact. Je peux confirmer : ça fonctionne.)
– Oui oui pardon !! C’est juste que.. On n’en voit pas souvent. Je réfléchissais à comment déménager mes meubles.
– Ah. HEIN ??
– Oui, pour tout inverser dans le cabinet, que ce soit plus facile !
– (Oh putain….)
– On ne va pas pouvoir faire ça aujourd’hui, vous vous doutez bien. Vous pouvez revenir demain après déjeuner ? On dit 14h ?
– Heu… D’accord

ROUND 2
Le lendemain, j’arrive à 13h30. La porte du cabinet s’ouvre et je la vois sortir et refermer à clé derrière elle. Elle sent qu’il y a quelqu’un dans la salle d’attente mais ne voit pas bien qui c’est.

– Excusez-moi, je pense que vous êtes un peu en avance. Je vais déjeuner, je reviens.
– Oui, bien sûr, je vous en prie.
– (prise de conscience instantanée) Ah c’est vous !…. Vous savez quoi, on va commencer tout de suite. AU CAS OÙ !
– (c’est marrant, il y a des « au cas où » qui ont un peu plus de sens que d’autres…)

J’entre.
Surprise : tous les meubles sont à leur place. Je m’installe et elle commence l’examen. D’une main, elle balade la sonde et de l’autre, quand elle trouve ce qu’elle cherche, elle appuie sur sa machine pour prendre des photos (SI elle trouve, donc…).
Du coup au début, elle n’appuie pas trop. Pas du tout en fait….
Le temps passe… Je m’ennuie un peu… Alors je vais aux nouvelles…

– Tout se passe bien ?
– Oui Oui. Enfin… C’est compliqué. Déjà, c’est tout mélangé mais en plus, je suis gauchère et ça m’oblige à travailler de la main droite !

Je vais mourir ici je pense. Adieu !

Après un moment, elle commence (enfin) à trouver et à prendre des photos. Sauf qu’elle est tellement fière qu’elle pousse presque des petits cris de joie.
Je commence à sourire. Puis à rire. Franchement.

– Arrêtez de rire !! Vous me faites bouger ! Et en plus je ne trouve pas « tel truc » (me souviens plus du truc en question, désolée)
– Peut-être que je n’en ai pas !!
– Arrêtez, c’est pas drôle !!
– Oui, pardon (les premières larmes de rire coulent sur mes joues)
– Je vais mettre les 2 mains, j’y arriverai mieux

Et voilà qu’elle se cramponnent à sa sonde jusqu’au moment où elle HURLE littéralement :

– Ca y est !!! ELLE EST LÀ !! Je l’ai ! JE L’AI !!! …..
– Cool !
– Mais on a un problème !!
– Merde (en plus, comme je ne suis pas trop hypocondriaque, c’est bien, je suis rassurée…)
– Comme j’ai les 2 mains prises, je ne peux pas prendre la photo.  ET JE VOUS INTERDIS DE RIRE ! ARRÊTEZ, BON SANG, ÇA ME FAIT BOUGER, ON VA LA PERDRE !!

Et alors que je me retiens tout ce que je peux (et que je pleure des hectolitres de larmes), je la vois lâcher une main en regardant alternativement la sonde, puis son écran, puis la sonde puis son écran.
Aucun geste brusque. Elle fait des mouvements lents. Très lents. TELLEMENT LENTS, PUT*** ! Elle serait en train de désamorcer une bombe qu’elle ne s’y prendrait pas autrement !
Et ENFIN, elle tend le bras et elle prend sa photo pour conclure :

– Bon… Très franchement, on n’y voit rien mais moi je sais que tout va bien. C’est tout ce qui compte. Vous me direz à votre médecin.
– Oui oui, bien sûr (et puis si ça se trouve, il voudra me le faire refaire…. AU CAS OÙ !)

(Quand je pense que dans l’épisode d’Urgences avec un situs inversus complet, il leur a suffi de coller un miroir au plafond pour résoudre ce « petit détail » et enchaîner, comme d’hab, sur « NFS, chimie, iono et l’emmener en réa » …. Les vrais médecins devraient regarder des séries TV plus souvent !)

Urgences_s01

VOILÀ des gens en qui on peut avoir confiance !

BONUS
OUI, j’ai eu à refaire un examen avec un cardiologue quelques années plus tard. Toujours « au cas où, bien entendu (sauf que quand je dis non au médecin, il me sort l’excuse de « non mais il FAUT le faire, sinon ça peut être grave ! » Alors bon, je le fais)
Pendant qu’il fait ses branchements et qu’il me colle les patches, etc…,  je lui raconte cette histoire. Il plaisante avec moi et en vient à me dire :

– Vous avez dû tomber sur quelqu’un d’un peu… dépassé. Ca va c’est quand même pas si compliqué, il suffit de faire un peu attention.
– Surement, oui…
– (Il met sa machine en marche) Bah… Qu’est-ce qui se passe ? Elle ne m’a jamais fait ça…
– Un problème ?
– Oui, c’est bizarre, ça ne fonctionne pas.
– Vous avez pensé à inverser vos branchement ? Sur moi, je veux dire….
– Merde…

Et si on s’en tenait aux Strepsils…

Un matin, je me lève après une mauvaise nuit passée à tousser. Enfin… « à tousser »… À me démonter la gorge à la moissonneuse-batteuse…!
Je passe donc par la pharmacie avant d’aller travailler, je demande un truc un peu efficace (pas des Strepsils, donc) et je repars équipée du sirop « Toplexil ».
« 2 cuillères à café – maximum 4x par jour. Bonne journée mademoiselle. »

Je n’ai pas de petite cuillère sur moi mais je ne me laisse pas démonter et j’ouvre la bouteille dans la rue pour prendre immédiatement 2 cuillères gorgées.
J’arrive au bureau, je tousse toujours comme une perdue et reprends donc 2 gorgées (j’ai assez rapidement décidé qu’il s’agirait là de mon unité de mesure du sirop : plus rapide et pas de vaisselle).

Et là, après une petite heure…
Vous avez déjà vu ces gens qui s’endorment dans le métro et qui finissent par tanguer dangereusement de gauche à droite sous le regard amusé de leurs voisins ? Sauf qu’à ce moment là, mon voisin, c’est S., ma boss, et que sur le moment, même si elle a de l’humour, ça ne la fait pas vraiment rire…
Mais bon, sympa, elle voit que je suis un peu malade et propose une pause d’équipe histoire de prendre l’air et de se détendre un peu (perso, j’étais déjà bien biennn détendue….).
Une fois dehors, chacune s’assoie sur un muret, une barrière etc..

Je ne me souviens pas bien du moment où je me suis dit « MAIS OUAIS ! Assise directement sur le trottoir, je vais être au TOP ! » mais je pense que j’y serais encore si je n’avais pas été réveillée par le bruit qu’a fait S. en glissant son gobelet de café vide devant moi (S., ou comment rendre son équipe rentable même quand elle n’est pas pleinement opérationnelle).

Conclusions :
– le Toplexil fait MÉCHAMMENT dormir
– la « gorgée » n’est pas une unité de mesure recevable (Information utile si vous avez besoin de faire des conversions : 4 gorgées = 47 cuillères à café = 1/2 bouteille = dodo)
– depuis, je m’en tiens aux Strepsils…

Wonder Woman, les licornes et moi

Vous voyez ces matins où vous vous levez en vous disant « Allez, ça va le faire ! »… en sachant pertinemment que non, ça ne va pas trop le faire mais tant pis ?
Ce jour-là, je vis précisément l’un de ces matins. Je me suis couchée un peu fiévreuse, et me suis réveillée, en toute logique, malade comme un chien avec environ 45,5°. À 2 doigts d’avoir des hallus, je prends donc la décision qui s’impose : je vais travailler (gros bisous les 3 jours de carence !).
Autant vous dire qu’avant même d’avoir pu dire 3 fois « Fervex », mon état s’est légèrement dégradé (si si, c’est possible) et que je finis chez le médecin, puis aux Urgences. (La prochaine fois, au lieu de faire la maline au sujet des jours de carence, je resterai au lit, hein…)

Et c’est à ce moment que la vie, qui devait s’ennuyer un peu jusque là, décide qu’il est grand temps de se marrer un peu !

Pour ceux qui ne me connaissent pas (à peu près tout le monde ici), je suis « une Situs ». Le petit nom de « Situs Inversus complet ». En gros, rien de grave, c’est juste que tous mes organes sont inversés, façon miroir. (J’ai le cœur à droite, le foie à gauche, etc…) Et vu qu’on n’est qu’1 sur 1 million* dans ce cas, autant vous dire que quand je débarque dans un hôpital, pour les médecins, c’est un peu comme si une licorne se promenait dans les couloirs. Je pense que le mec planqué dans Mickey à Disneyland à moins de succès que moi.

Me voilà donc aux Urgences, en panique, persuadée que je vais décéder dans les 5 prochaines minutes et bien entendu, on profite de ma faiblesse pour me demander de mettre une blouse… Ouais ouais : LA blouse. La fameuse… Mais vu qu’elle est assez courte et totalement transparente, j’ai le droit de garder mes sous-vêtements. CHOUETTE, MERCI !
Je me retrouve donc dans ce box, pas tout à fait à mon avantage, pas tout à fait au mieux de ma forme non plus, sans même un drap pour me planquer (oui c’était un peu spartiate…). Je prends 2 secondes pour me regarder et là, je réalise… Je comprends ce qu’il va se passer. Je comprends aussi que c’est trop tard… (Petite musique de film d’horreur pour bien te faire sentir que ça va mal tourner).

Quelques minutes plus tard (pas le temps de fuir, donc), la porte s’ouvre. La nouvelle de la présence d’une licorne-situs-inversus s’est propagée : mon « box » devient un hall de gare dans lequel défilent médecins et étudiants.
Et j’accueille donc tout ce petit monde.
Quasi à poil…
Les jambes pas épilées.
EN CULOTTE WONDER WOMAN !

Elle te plaît pas, ma culotte ?!

Elle te plaît pas, ma culotte ?!

Message du labo qui a analysé ma prise de sang :

— On a retrouvé l’amour propre de la jeune fille dans une des éprouvettes.

*En vrai, les stats, c’est un peu n’importe quoi… C’est quelque part entre 1 sur 1 million et 1 sur 10 000 Il faudrait qu’on se compte un de ces quatre parce que là, ça ne fait pas sérieux… Mais en gros, on n’est pas nombreux.

Image : Nekoto – http://nekoto.tumblr.com/