Protégé : Loi de Murphy

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publicités

Tous à poil !

6h30
Ce matin-là, il fait encore complètement nuit quand je marche vers la gare pour aller à la fac. La plupart des maisons sont encore plongées dans le noir et il n’y a personne dans les rues (tu m’étonnes…). Comme le dirait ce grand philosophe qu’est Corneille : « Y’a rien à faire j’suis seule au monde ! » .
Du coup, quand je vois une voiture faire le tour du rond point un peu plus loin et s’engager dans ma rue, je suis presque contente : je ne ne suis pas la seule personne de cette ville à me lever avec les poules !
Heu… Attendez…. Je suis seule. Il fait nuit noire. Une voiture se dirige vers moi et je suis « contente » ?! Eh bien au moins, je ne manque pas de confiance, hein !
Entre temps, ladite voiture est arrivée à ma hauteur et a tellement ralenti qu’elle roule maintenant très TRÈS lentement. En même temps, elle ne pourrait pas aller beaucoup plus vite vu que le conducteur ne regarde pas du tout la route. Il me fixe. Avec ce genre de regard qui vous fait dire :

Houston

Ah. Et en plus, surprise : monsieur semble être nu du haut… Rappelez-moi pourquoi j’étais contente de croiser quelqu’un ?! Finalement, il ré accélère et s’en va.

20 secondes plus tard, j’entends un bruit de moteur dans une rue proche de la mienne et qui donne sur le même rond point. C’est mon jour de chance : Monsieur Nu-du-haut a pris un sens interdit un peu plus loin pour pouvoir faire une petite boucle et revenir à ma rencontre (en roulant comme un malade, bien entendu). Sauf que cette fois-ci, il se gare à mon niveau sur le trottoir d’en face et commence à ouvrir sa portière. Toujours en me fixant. Toujours avec ce regard. Il est temps d’appeler Houston (aka mes parents, pour avoir un peu d’aide car je ne suis quand même qu’à 200m de la maison…) J’attrape mon portable et… Ah… Tiens… C’est super rigolo : pas moyen de me souvenir de ce numéro que je connais depuis 19 ans !! On serait dans un épisode de New York Unité Spéciale, j’aurais déjà noté le numéro de la plaque, fait un croquis de la voiture et dessiné vite fait le portrait robot du mec au Bic sur le dos de ma main. Mais on est en banlieue parisienne, un matin d’octobre à 6h30 et je suis donc incapable de me souvenir du numéro de chez moi. Et puis de toute façon, je dessine pas hyper hyper bien :

Portrait robot

Portrait robot

Au pire, quitte à avoir mon portable dans la main, je peux peut-être m’en servir comme d’une sorte de matraque ou d’un point américain ? (Les clés sont bien plus efficaces, je sais bien, mais je pense que cette idée devait être rangée juste à côté de mon numéro de téléphone, bien au fond de mon cerveau). Étant donné que je cours le 100 mètres en 5 jours et que M. Nu-du-haut a une voiture, la fuite n’est pas vraiment une option. Ne reste plus qu’à serrer les poings et à me jeter sur lui s’il s’approche (tout en ayant un peu envie de chialer de peur, soyons TRÈS clair sur ce point.).

Finalement, je ne sais pas par quel miracle, mon numéro me revient. Ma mère décroche, totalement endormie. Autant vous dire qu’au son de ma voix, en 2 secondes, elle est bien BIEN réveillée !

— Ne t’inquiète pas, papa arrive ! Je te garde au téléphone pendant ce temps.
— Pour le moment ça va mais le mec est en train de sortir de sa voiture…
— Papa est descendu, il sort la voiture et il arrive tout de suite !
— Ah cool. Parce qu’en fait, M. Nu-du-haut est finalement nu de partout…
— Attends, ne quitte pas…… Voilà c’est bon ! J’ai jeté un survêtement à ton père, il allait partir à poil !
— Hein ?!?!

1 minute plus tard, j’entends le moteur de la voiture de mon père au bout de la rue. M.Nu-de-partout aussi. Il me voit au téléphone et je pense qu’il réalise qu’il est nu, au milieu d’une chaussée sur laquelle arrive, à environ 5000 km/h, quelqu’un que j’ai appelé pour m’aider et qui est manifestement assez contrarié par toute cette histoire… (c’est précisément à cet instant que la panique change de camp.) HAHAAAA !! ON FAIT MOINS LE MALIN, MAINTENANT !
Bien entendu, M.Nu-de-partout-mais-pas-téméraire se sauve avant l’arrivée de mon père (qui passera ensuite une bonne demi-heure à tourner dans les rues pour tenter de le retrouver…).

Si ça se trouve, c’était juste un mec parti de chez lui un peu trop vite pour que sa femme ait le temps de lui jeter un survêtement… (En fait non. Et il a été arrêté quelques semaines plus tard.)

tous-a-poil