Ne me demandez plus pourquoi je n’aime pas les robes

chien_robe

Je ne suis pas une grande fan des robes. Et elles me le rendent bien… Lire la suite

Publicités

Alerte enlèvement : la décence est portée disparue

Lespetitesaventures_alerte_enlevement_decence

Quand tu ne sais plus très bien si tu es à un concert ou à une skin party du 3ème âge… (Une petite aventure avec du sexe, de la musique et du timing de compétition dedans.)

Lire la suite

La Belle, la Bête, et le pique-nique

La Belle et la Bête, Mogador, 2013

La semaine dernière, alors que je m’apprêtais à assister à une représentation de « La Belle et la Bête » à Mogador, une maman et sa fille d’environ 10-12 ans sont venues s’installer à côté de moi. Jusque là, rien d’exceptionnel puisque j’avais renoncé à privatiser le théâtre (je trouve que ça résonne un peu quand je suis la seule dans la salle et pour un spectacle musical, c’est un peu dommage).
C’est alors que la fille (assise à côté de moi : je l’appellerai donc « Voisine ») a sorti sa barquette de sushis… Surprenant. Mais pas tant que ça à côté de la forte odeur de MacDo qui s’est alors propagée. Ambiance pique-nique à Mogador. Un public détendu donc.
Et ce n’était que le début…

Olfactivement, on a atteint un pic quand Voisine a dégainé… les brochettes bœuf/fromage ! Oui oui oui, messieurs dames. Parfaitement. DÉ-TEN-DU, le public, on vous dit.
Bref, le spectacle a enfin commencé…. Et Voisine n’a eu de cesse de farfouiller dans un sac à ses pieds, ce qui m’a valu la conversation suivante avec mon autre voisine, parfaitement civilisée celle-ci, voisine que nous appellerons M. :
Moi : « Je pense qu’elle cherche le micro-ondes pour réchauffer ses boules coco.
M. : « Non, je suis sûre qu’elle cherche s’il lui reste une brochette ! »
Fin de la première partie. Les lumières se rallument et BAM ! Voisine replonge dans son sac pour en sortir… la dernière brochette !! (chapeau M. !)

Nous pensions avoir tout vu.
C’était sans compter l’appétit de Voisine qui, n’écoutant que son courage, se lançant dans la dégustation d’un rouleau de printemps AVEC sa sauce (et ce, bien que nous sachions tous à quel point ce truc à tendance à se désintégrer après 2 bouchées.). Elle y a mis tout son cœur mais ça n’a pas manqué… D’ailleurs, si quelqu’un a faim, il y a donc un rouleau de printemps quasi complet – mais en kit – sous un des sièges du rang « L » de l’orchestre de Mogador.

Je regrette presque de ne pas lui avoir offert café et serviette chaude mais j’avoue avoir été totalement happée par le spectacle qui, disons-le franchement, est MAGNIFIQUE (pour de vrai. ALLEZ-Y ! C’est sublime).

Moralité, même en cas de spectacle musical, un seul mot d’ordre : PRIVATISATION !