Bruce Willis, les tomates cerises et moi

Fête de fin de tournage d’un film sur lequel je n’ai passé qu’une semaine. On m’a très gentiment invitée mais je ne connais pas tout le monde. La soirée a commencé depuis un moment mais les gens que je connais le mieux ne sont pas encore là. Du coup, en grande timide que je suis, je suis en train de guetter leur arrivée par le grand escalier qui donne dans la salle quand je vois un mec les descendre. J’ai l’impression de le reconnaître et en même temps, je suis à peu près sûre qu’il ne fait pas partie de l’équipe du film. Je le connais, c’est certain, mais d’où ? Est-ce que je suis sensée connaître son nom, aller lui dire bonjour …? Je fais quoi quand il arrive en bas ? À chaque marche qu’il descend, je le détaille un peu plus pour essayer de me souvenir de qui il est. Et bien entendu, je fais tout ça de façon très discrète : je suis la seule personne plantée devant l’escalier à ce moment-là, à le fixer comme si c’était la Joconde.
Quand soudain, ENFIN je comprends ! Je ne connais pas du tout cette personne (il était temps de s’en rendre compte, hein… 1 minute de plus et j’étais pendue à son cou pour lui faire la bise.) C’est juste que ce look, cette démarche, ces cheveux rasés… On dirait tellement… Bruce Willis ! Voire même une sorte de sosie officiel…
De son côté, ça fait un moment qu’il a remarqué que je l’observe (tu m’étonnes…) et alors que je suis encore en train de le détailler pour voir jusqu’à quel point il pousse la ressemblance, il me dégaine un sourire en coin. LE fameux sourire en coin. Celui de John McClane ! Ok, c’est bien fait, on sent qu’il a bossé son sujet… mais c’est trop pour moi ! Ça me fait exactement le même effet que les fans de Johnny qui poussent le truc jusqu’à se faire des tatouages tête de loup sur les bras. Je crois que mes yeux lui disent quelque chose du genre « Non mais t’es sérieux ? Vraiment ? Jusqu’au sourire en coin?? N’importe quoi… » Et je repars faire la fête.

LE sourire John McClane

Le sourire John McClane

Un peu plus tard dans la soirée, alors que cette histoire de sosie qui sort d’on ne sait où m’est totalement sortie de la tête, je discute avec le photographe de plateau. Ça fait un bon bout de temps qu’il n’en est plus à son premier verre donc quand il s’arrête en plein milieu d’une phrase sans raison apparente, je ne m’inquiète pas plus que ça : il va reprendre. Et effectivement, il reprend. Sur totalement autre chose :

— Bah tu vois Caro, des films j’en ai fait et je suis vraiment pas midinette. Mais putain, quand je pense que là juste derrière toi, il y a Bruce Willis. Le vrai Bruce Willis. Bah ça me fait quand même un truc. Pas toi ?
— Heuuu je ne sais pas… (Si si si !!! Je sais exactement !! Ça me donne envie de me foutre des baffes parce qu’au lieu d’aller claquer la bise à John McClane, je me suis carrément foutue de sa gueule !!! Bien en face, droit dans les yeux ! Et en plus, je l’ai comparé à un fan de Johnny !! Et même si ça, il ne le sait pas, je suis sûre qu’il le SENT !! Voilà ce que ça me fait !!!!)

Une fois le petit effet de surprise passé, je retrouve l’usage de mes jambes (légèrement coupées jusque là) et je prends la seule décision possible : aller noyer ma honte dans les petits fours. Seule devant le buffet, j’attrape un pot de tomates cerises que je gobe les unes après les autres… tout en réfléchissant à l’ordre dans lequel je vais ensuite engloutir les VRAIS canapés. Je sens alors quelqu’un arriver à côté de moi et se poster face au buffet. Je tourne la tête et bien entendu, qui est-ce ? Bruce !!! (Oui, à ce stade, je pense que je peux l’appeler Bruce). À croire qu’on n’était que 2 à cette soirée… Sauf que cette fois-ci, quand il me regarde, mes yeux crient plutôt un truc du genre :

— Bon, je sais que tu sais que je sais… C’est un peu gênant mais JE SUIS DÉSOLÉE POUR CETTE STUPIDE HISTOIRE DE SOSIE (et de fan de Johnny…) !!!

Clairement, vu la tête qu’il fait, il a bien compris. Ça le fait même un peu marrer puisque j’ai droit au 2eme sourire « John McClane » de la soirée. VICTOIRE ! Sauf qu’au final, on est là, tous les deux seuls au buffet, face à face alors qu’on ne se connait pas du tout… et je n’ai absolument rien à lui dire (et inversement, bien entendu !). Je tente donc le premier truc qui me passe par la tête, histoire de me donner une contenance peut-être (ou de m’achever) : je lui tends le pot que j’ai dans la main et lui dis le seul mot que je dirai jamais, de toute ma vie entière, au vrai Bruce Willis :

— Tomato ?

BONUS :
Pendant cette soirée :

  • Bruce et sa copine ont, je crois, inventé le concept du selfie en se prenant en photo AU MOINS 17 534 fois dans toutes les situations (en dansant, en buvant, en mangeant, en se vautrant sur les canapés, en s’embrassant…)
  • Le photographe a passé toute la fin de la soirée assis à côté de ladite copine, à tenter de la draguer alors même que Bruce était assis juste de l’autre côté (je me demande même, du coup, s’il n’apparait pas sur certains selfies…). Au moment de partir, il m’expliquera qu’il a trouvé la fille « vraiment très charmante » mais Bruce « un peu froid, comme mec ».
Publicités

3 réflexions sur “Bruce Willis, les tomates cerises et moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s